0 Flares Facebook 0 Twitter 0 Pin It Share 0 0 Flares ×

Le célèbre blues d’après-voyage ou le moment d’angoisses, de déprimes, de burn out… C’est le douloureux retour à la réalité après avoir vécu des chouettes moments ailleurs que dans ton chez toi. Cette déprime, elle t’arrive ou pas, mais si elle arrive sois prêt mon coco parce que ça peut t’assommer d’un coup sec. Tu vois quand Rafiki frappe Simba sur la tête ? Voilà, c’est un peu le même délire.

Si tu lis ces quelques lignes, c’est que tu sais que ça parle de blues, un sujet pas très joyeux. Sens-toi ici comme chez toi, prends tout ton temps pour lire, imprimer, barrer, couper, copier, coller, surligner… Bref. Attache ta ceinture on décolle pour un nouveau voyage vers l’anti-blues !

 

blues backpacker

 

LE DOUX RETOUR À LA MAISON

 

A ce moment-là, soit on appréhende déjà le dur retour à la réalité, soit on est content de retrouver le toutou, Tata Monique, éventuellement BFM TV ou le Saint Graal : le camembert ! Aller, on se laisse un petit temps de réadaptation dans son petit cocon douillet. Après ça, les proches (ou moins proches) viennent te crever ta joie et ton pauvre petit cœur sans défense avec tout plein de questions que tu te posais pas tellement à J+3 de ton retour, tu vois ?

  • « alors cocotte, tu vas faire quoi de ta vie maintenant ? »
  • « c’est bien beau de faire le tour du monde maaais il faut bosser maintenant »
  • « quels sont tes beaux projets / où te vois-tu dans 10 ans ? »
  • « va falloir penser à cotiser pour ta retraite ma vieille ! »
  • « quand est-ce que tu te trouves un mari et tu fais des gosses ? »

Mais taaaaais-toi !!!! De quoi tu me parles ? Je sais même pas quand je vais défaire mon sac, de quoi je vais me nourrir ce soir ni le pyjama je vais enfiler pour matter Koh Lanta ! Et toi tu viens me fatiguer avec tes histoires de retraite ?

Alors t’essayes de positiver comme tu veux, comme tu peux. T’attrapes le plus doux de tes doudous et tu serres les dents parce que là ça commence à faire bobo à ton petit coeur et à ta vie (de merde).

 

blues backpacker

 

MAMAAAAN, J’AI MAL À LA VIE !

 

Alors là, la douleur elle a plusieurs grades. Tu peux chialer un bon coup et ramasser ta dignité comme au début du film. Ça, c’est l’une des versions douces. Mais il peut t’arriver bien des bricoles dont cette liste (100% VDM) non exhaustive :

  • tomber dans les pommes – en espérant que quelqu’un ramasse ton p’tit corps sans vie
  • t’affamer quelques jours – en vrai pendant 2 jours parce que le camembert et toi c’est une love story digne de Shakespeare…
  • te poser des questions existentielles du style « pourquoi on fait pipi dans de l’eau ? »
  • avoir des phobies bizarres du style « NON je ne prendrai plus l’ascenseur ! »
  • couper tout contact avec le monde extérieur sauf avec ton lit, parce que lui et toi c’est comme un breton et son kouign amann (un peu comme la love story camembert)
  • des addictions à des trucs pas trop utiles du genre arriver au niveau 1061 de Candy Crush

Bref, tout plein de trucs que ton anatomie ne connaissait pas auparavant et que tu souhaiterais même pas à ton pire ennemi (quoi que…). Fort heureusement, il y a mille et une méthodes pour retrouver le sourire, la patate, la pêche… mais surtout retrouver un bon équilibre dans ton petit corps et dans ta tête de voyageur-rêveur-bisounours 🙂

 

blues backpacker

 

C’EST DÉCIDÉ, J’ARRÊTE DE CHOUINER !

 

Ci-dessous, une petite liste des méthodes qui m’ont aidée à sortir dans mon blues post-voyage et franchement, ça a plutôt pas mal marché jusque là. Pour les écrire, je me suis inspirée de la pyramide des besoins de mister Maslow, parce que je pense qu’au fond, c’est un gars bien. Merci à mon ancienne école l’EMLV pour me l’avoir soufflée (pour le sponsoring, vous pouvez adresser le chèque à Lina D). Si vous trouvez ces méthodes trop relous, faites une pause et réessayez plus tard ou partagez vos meilleures méthodes anti-blues en commentaires 🙂

 

BIEN MANGER, C’EST LE DÉBUT DU BONHEUR

 

C’est pas une marque de camembert qui disait ça ? Bon. On n’est pas là pour juger maaaais ils avaient peut être pas tout à fait tort finalement.

Je te vois venir d’ici avec ton soda et tes frites à volonté et je suis navrée de te dire que s’empifrer n’est pas la meilleure des solutions… La privation n’en est pas non plus une. Mais ça veut dire que les nutritionnistes avaient raison ?? Je te répondrai juste : manger mieux, c’est le début du bonheur. Ça tombe bien ce soir c’est quinoa-lentilles et chocolat parce qu’il faut bien savourer un peu quand même 😉

Bonne nouvelle, il existe maintenant, tout plein de sites pour bien manger sans forcément sortir de ton chez toi (Deliveroo, Foodora, Uber Eats…). Sur La Belle Vie (coup de coeur) on trouve des kits recettes du monde ou des ingrédients sympas pour te rappeler les délicieux moments passés lors de ton dernier voyage : US, Asie, Grèce, France… Non seulement, c’est pas cher mais en plus, tu peux bénéficier de 10€ dés ton inscription sur La Belle Vie grâce à ce lien.

 

Blues backpacker

 

BOUGER PLUS POUR GAGNER PLUS… DE FORCE

 

Une fois qu’on a bien mangé, est-ce vraiment la peine de retourner câliner son lit douillet ? En voyage, tu passais ton temps à bouger non ? Tu te rappelles de tes randonnées dans l’Himalaya ou de ta super découverte du Macchu Picchu ? Tu te rappelles comme tu étais hyperactif et hyper-happy ? Alors pourquoi hibernes-tu tel un ourson quand tu rentres ? Ok, tu te reposes ça ne fait pas de mal bien sûr mais n’oublie pas que dés que tu es prêt, il faut se réveiller. J’insiste sur la douceur du réveil quand même, c’est important.

Motivation mode : activé ! Prend le temps qu’il te faut mais ne te laisse pas aller trop longtemps. Si tu ne te sens pas encore de sortir de chez toi, tu peux quand même faire des petits exercices maison grâce à ton ami Youtube, à Bouger Plus et même à participer à Myfitperience expert de la motivation sportive et de bonnes recettes. Prends les escaliers plutôt que l’ascenseur, marche plutôt que prendre le bus, si tu aimes la musique, danse, si tu aimes sortir sors, marche ou cours…

Si tu es fan de rando, j’ai une petite surprise ! Un groupe Facebook pour rencontrer des grandes aventurières partout en France : Groupe de randos entre filles. Dis-toi que même les parisiennes ont leurs coins rando donc finalement, tout est possible 😉

 

 

LA PETITE VOIX DANS MA TÊTE EST UNE CONNASSE

 

Ça nous arrive à tous de trop réfléchir, trop penser, trop analyser… Tel Einstein devant un problème de maths. Tu penses tellement pour tout et rien que parfois tu te crées des insomnies, des peurs, des paniques, des crises et plus si affinités. Bref, tout un panel de trucs pas forcément utiles à ton blues et qui ne feront qu’accentuer ton stress. Aller, c’est le moment de dire bye bye à cette petite voix dans ta tête, maintenant c’est toi qui reprend le contrôle de ton corps et de ton cerveau 🙂

Pour arrêter de broyer du noir, il y a deux possibilités : les méthodes chimiques ou naturelles ! Pour ma part, j’ai choisi la méthode la plus naturelle qui soit : les exercices de respiration. Au début, je pensais que ceux qui pratiquaient la méditation ou la sophrologie étaient des gros hippies-hipsters-bouffeurs de graines mais finalement… La respiration c’est pas mal pour éviter les substances moins sympas, non ?

Tu peux télécharger l’appli Calm pour les transports ou les moments de stress, c’est ma pote M.A. qui m’a rendue accro (bisous copine d’enfer !). Toujours pas convaincu ? Pas de souci, chacun sa méthode. Si tu es curieux, regarde cette vidéo d’un ancien gars de Wall Street qui s’est reconverti dans la méditation, ça te donnera peut être des idées qui sait ? 🙂

 

 

DORMIR SANS JETLAG DANS MA TÊTE 

 

Ok, ce titre est à double sens. Mais ce qui est sûr c’est que je suis une vraie championne des insomnies ! Il parait qu’on est trop créatifs nous les insomniaques ? J’en sais rien et à vrai dire c’est pas trop le sujet… Aujourd’hui, j’ai décidé de bien dormir et ça, ça change tout !

En Asie, comme la plupart des locaux, je vivais au rythme du soleil. D’une part pour profiter de la lumière du jour (coucou vitamine D) mais aussi pour des questions de sécurité. De retour en France, il faut bien se réadapter… Encore une fois, exercices de respiration et sophrologie m’ont permis de me détendre et d’entrer dans une première phase de sommeil.

Un peu pareil que pour la voix dans ta tête qui t’empêche de dormir, Youtube est une mine d’or niveau aide au dodo. Par contre, je te préviens : ça ne marche pas du premier coup. Il faut donc persévérer pour pouvoir dormir sur ses deux oreilles. Chacun à son Morphée, son somnifère, son marchand de sable, donc à toi de trouver le tien ! Pour moi en ce moment c’est Benjamin Lubszynski. Ce coach en sommeil est tellement barbant qu’en moins d’une heure il arrive à me perdre (mention spéciale pour la vidéo qui suit) 🙂

 

 

DES COMMUNAUTÉS 100% ANTI-BLUES

 

Quoi qu’il arrive, on appartient tous à une communauté : une famille, un groupe d’amis, un groupe religieux, politique, une association de tricot, de danse et même un groupe virtuel ! Pourquoi pas un groupe Facebook pour nous sortir de cette VDM ? Ici, ce qui nous rassemble c’est notre passion du voyage pas vrai ? Alors, autant commencer par là !

Ma p’tite liste de groupe Facebook pour papoter avec des passionnés de voyage et plus si affinités :

  • We are backpackeuses ! Mon petit favori, il est plein de filles (et de clandestins hehe) qui ont la joie de vivre, qui parlent de tout et de rien, qui font en sorte de se tirer vers le haut quoi qu’il arrive. Des events sont organisés de temps en temps pour permettre la rencontre entre les plus backpackeuses d’entre nous. Anti-blues féminin garanti !
  • Voyager au féminin en sac à dos : c’est le bébé de Jenny, cette blogueuse-aventurière 100% fan de voyage au féminin. Allez faire un tour sur ce groupe qui est aussi le forum de son blog JDRoadtrip.
  • Voyages Sac-à-dos… « backpackers » : ça y est la secte des femmes-féminines-féministes en sac à dos s’arrête, dans ce groupe on donne la parole à tous les backpackers parce qu’ils sont cool mine de rien. Ouverture d’esprit garantie !
  • Voyageurs autour du monde : parce que Bruno, c’est un peu notre gourou du voyage. Le genre de gars qui sort de sa lampe magique et qui crée un groupe pour rassembler d’autres gars (et filles of course) autour d’une même passion dans la joie et la bonne humeur.
  • Voyager seule/seul autour du monde : un groupe ou même si tu es un solo-traveler, tu n’es jamais vraiment seul(e) ! Rencontre d’autres aventuriers, discute, inspire-toi bref, voyage quoi 🙂
  • Voyager Loin : Photo, vidéo, article : ce groupe qui te fait voyager à travers des photos, vidéos et blogs d’enfer ! En panne d’inspi ? Jètes-y un oeil 😉

Si tu n’en as pas encore assez, il existe plein d’autres groupes sur Facebook ou sur la toile. Il te suffit de cliquer sur la barre de recherche et de taper tes mots clés. Par exemple « énergies positives » ou « blogs voyage ». Bref, de quoi t’occuper pendant un moment 🙂

 

Blues backpacker

 

LE DANEMARK, AMBASSADEUR DU BONHEUR

 

Si tu ne le savais pas, le Danemark est le pays où les habitants seraient les plus heureux. WTF ? Je ne te force pas à aller t’expatrier (quoi que…) mais essaye de chopper un peu de leurs idées coup de boost ! Quelques uns de leurs secrets ici et d’autres là :

  • Enfiler des tenues confortables à la maison : c’est le retour des chaussettes touffues, des robes longues et des joggings
  • Faire un peu de ménage à la maison et pourquoi pas dans sa vie ? Oust, la poussière (et les c*ns).
  • Proposer un pique-nique « healthy » à ses potes dans un endroit sympa
  • Rédiger des listes (oui on aime bien les listes ici) des bonnes actions au quotidien : sourire à un passant, payer un ticket de bus, porter le caddie, donner de l’espoir…
  • Pratiquer le yoga, la méditation, boire du thé et faire des chouettes trucs de bouffeurs de graines « hygge » : c’est parti pour la position du crocodile cornu 😉

 

Bisous les dannish et merci pour votre bonne humeur !

 

blues backpacker

 

D’AUTRES MÉTHODES ANTI-BLUES

 

  • Le voyage évidemment, on soigne le mal par le mal ! Si tu ne veux plus partir, tu peux simplement trier tes photos du dernier voyage, créer un blog, acheter une carte du monde et coller des punaises dessus, écrire un journal, préparer un futur voyage parce qu’en vrai c’est jamais fini !
  • La lecture sur le voyage et/ou le bonheur parce que des bouquins, il y en a plein ! Personnellement, j’aime beaucoup Mike Horn, un vrai pro de l’aventure, du voyage, de la repousse de limites et de l’estime de soi. Bref, c’est un peu mon gourou de la motivation ! Fais un tour à la FNAC ou sur Le Bon Coin et je suis sûre que tu trouveras ton bonheur 🙂
  • La musique : c’est bien connu écouter de la musique, jouer d’un instrument, danser ou chanter, ça détend. Comme moi, essaye-toi au karaoké même si ta voix n’est pas celle de Mariah Carey… Promis, c’est que du bonheur ! Mention spéciale pour ce morceau indémodable pour voyageurs aguerris.
  • Le dessin, la peinture, les coloriages ou toute chose qui ressemblerait de près ou de loin à de l’art. Ça détend pas mal ce genre de choses. PS : ne me file jamais de crayons de couleur…
  • Les films ou séries, c’est le moment de se rematter toutes les saisons des Desperates Housewives parce que finalement les VDM pour elles, c’est à chaque épisode. On peut aussi investir dans Netflix et se matter les grands classiques de la comédie ou des drames pour chialer un bon coup !
  • Les huiles essentielles : encore un truc de bouffeurs de graines-hippies-hipsters et autres gens bizarres. Les agrumes et la verveine sont mes préférés. File chez Aromazone, Nature & Découverte, Naturalia, en grande surface ou en pharmacie pour faire plaisir à tes narines 🙂
  • Un psy parce qu’un pro c’est peut-être plus simple ? Ce sont des pros oui, mais attention à bien choisir celui qui te convient au mieux : psychologue, psychiatre, psychothérapeute, psychanalyste… Renseigne-toi sur juste .
  • La stabilisation. Oui ce mot « stable », celui qui fait si mal à entendre et qui ne fait peut être pas (encore) parti de ton vocabulaire. Pour ce faire, tu peux tranquillement commencer par chercher une activité, adopter un chien, un mari (ou deux ?), faire des gosses… comme dirait les gens « normaux ». Attention, on prend notre temps !
  • La bonne volonté : parce que c’est la base de tout. Si t’es encore à lire ces lignes, c’est que tu as de la volonté au fond de toi. Parce qu’il faut commencer par le commencement et s’auto-motiver à se bouger avant tout, non ? Surtout ne perd ni patience ni espoir 🙂

 

blues backpacker

 

LE SECRET DE L’ANTI-BLUES

 

En fait, le secret c’est qu’il n’y a pas de secret ! La volonté vient de toi-même, pas des autres. Je ne vais rien t’apprendre ici, encore une fois c’est à toi de te gérer. Les autres sont là pour t’aider, t’accompagner, te guider et t’inspirer selon tes besoins. N’oublie pas qu’il y aura toujours des hauts et des bas, des curieux, des égoïstes, des jaloux mais aussi et surtout plus de générosité que tu ne le penses autour de toi…

En général, les gens te posent PLEIN de questions par curiosité, ils s’intéressent à ta vie pendant une fraction de secondes puis la seconde d’après ils t’ont oublié mais c’est à toi de ne pas t’oublier, de ne pas te laisser aller à la déprime, au blues voire au burn out complet !

 

blues backpacker

 

COMME D’AUTRES, MOI AUSSI J’AI CRAQUÉ !

 

Tiens, c’est une des premières fois que je raconte ma vie. Il faut bien une première fois à tout ? Plus sérieusement, je n’ai aucune connaissance en psychologie, je me base simplement sur ma propre expérience. J’écris en fonction de ce que j’ai vu, lu, entendu, connu. C’est donc à toi d’interpréter comme tu le sens 😉

J’ai jamais été douée pour faire de grands discours, mais pour les écrire je pense que ça va (j’ai mesuré les chevilles avant et après, t’inquiètes paupiette). Bref. J’espère sincèrement que cet article en aidera plus d’un(e) dans leur blues d’après-voyage ou dans leur blues tout court. Il a été écrit avec rage, rires, un peu de larmes, angoisse mais avec surtout beaucoup beaucoup d’amour <3

Pardon à ceux avec qui j’ai été relou. Merci à tous ceux qui m’ont soutenues, motivées, encouragées du début à la fin. Merci à ma famille, à mes amis, aux inconnus et aux formidables voyageurs de l’infini et l’au-delà. Ah oui j’oubliais : merci à moi-même de m’être auto-motivée !

 

Blues backpacker

 

5 thoughts on “LE BLUES DU RETOUR : JE CRAQUE, JE FAIS QUOI ?

  1. Hello,

    J’ai adoré ton article, drôle et réaliste à la fois….
    Et tu sais quoi j’ai dans ma tête la petite sœur de ta voix la connasse mdr !!!
    Vivement le prochain voyage <3

    Bisous et bonne soirée,
    Christèle

    1. Merci Christèle, ça fait trop plaisir ^^
      Hahaha pour la voix je pense que c’est la jumelle plutôt que la petite soeur 😛

      Uiiii vivement le prochain, des bisous !

  2. Aaah ouiiii, planifier le prochain voyage en période de blues; un boost de bonheur garanti; je seconde!
    Sinon… Habitant dans une ville très multiculturelle (Montréal, au Québec), j’essaie pour ma part de « voyager  » dans ma ville régulièrement! Allez hop, un ramen par ci, des tapas par là…
    Et écouter en boucle de la musique achetée dans le pays d’où l’on revient… Enivrant!
    Bref, cultiver l’exotisme à domicile; un puissant antidote à la déprime!!! :))

    1. Super tip top cool tes conseils j’avoue qu’habitant à Paris j’essaye de me dépayser comme je peux avec les restos et les quartiers multiculturels hehe ! Merci pour le partage 😀

Laisser un commentaire