0 Flares Facebook 0 Twitter 0 Pin It Share 0 0 Flares ×

Si vous ne connaissez pas encore Omnivore, c’est le moment d’en savoir plus. Stop ! J’espère que vous êtes rassasiés avant de lire les lignes suivantes. Omnivore c’est, comme le titre de l’article l’indique : un festival. Mais ce n’est pas un festival comme les autres ! Je vous en parlais déjà ici il y a deux ans. Laissez-vous tenter par une aventure qui a du goût…

 

OMNIVORE, CA SE MANGE ?

 

Goûter, sentir, admirer sont les maîtres mots de ce festival qui a lieu chaque mois de mars à Paris. Moi, j’y participe tous les ans depuis 2015 et j’en suis très satisfaite. Je l’ai découvert pour la première fois grâce aux Fruits et Légumes Frais. L’année dernière j’y ai participé grâce à Uggy et cette année, c’est Glace Glazed et Frichti qui m’ont invitée (entrée d’une valeur de 99 euros s’il vous plaît !)

Omnivore se déroule sur 3 jours et propose aux festivaliers pas moins de 6 scènes : salée, sucrée, artisan, cocktail, territoires et avant-garde. Cet événement mêle chefs, producteurs, étudiants, journalistes, blogueurs et autres gourmands-curieux. A Omnivore, on découvre aussi des marques toutes plus gourmandes les unes que les autres. C’est aussi l’occasion de faire de belles rencontres, tant professionnelles qu’amicales puisqu’on est tous réunis autour d’une même passion : la gastronomie.

Sur les différentes scènes, on découvre des réalisations, on apprend des techniques et on écoute religieusement les chefs nous conter leur histoire. Bien entendu, Omnivore, c’est aussi un événement dégustation ! On goûte de bons produits du terroir et du bout du monde, des plats sucrés ou salés et parfois les deux à la fois ainsi que des cocktails aux mille et une saveurs. On se laisse emporter par le croquant, le fondant, le gourmand, le liquide, le moelleux et j’en passe. En somme, Omnivore c’est le rendez-vous gourmand de la découverte des saveurs en plein Paris.

 

Festival Omnivore

 

UN FESTIVAL DE MARQUES

 

Au troisième étage, c’est le « village » autrement dit, un festival de gourmandises. On y découvre des marques, toutes plus gourmandes les unes que les autres enfin… c’est plutôt leurs produits qui le sont ! Entre mousses fruitées proposées par Woos, balsamiques artisanaux du Baume de Bouteville et autres confitures insolites (coup de cœur pour l’association fraise-tonka), on en perd un peu la tête ! La majorité des produits est destinée aux professionnels de la restauration mais ce n’est pas pour autant que les produits ne sont pas vendus au grand public. On peut s’en procurer en épiceries fines, sur internet voire en grande surface pour certains d’entre eux.

Au dernière étage, c’est plutôt les liquides qui sont mis à l’honneur avec notamment le stand des sirops Monin très sympa. Sirops de concombre, griotte, rhum ou basilic, il y en a pour tous les goûts même les plus atypiques. D’ailleurs, on peut y tester de nombreux cocktails (pas toujours alcoolisés je vous rassure) aux saveurs connues ou inconnues. Saveur rhum, c’est chouette pour les personnes ne buvant pas d’alcool, non ?

En scène sucrée, j’ai pour la première fois dégusté le cacao de la marque Cacao Barry (sponsor de la scène). J’y ai découvert les différentes gammes de produits et rencontré Ramon Morato, directeur créatif de la marque, qui a exécuté son dessert « Pluie du Pérou » de A à Z. Même si on n’est pas professionnels, on se rend vite compte qu’avec des produits de qualité, il n’est pas si compliqué de créer de bonnes recettes !

Comme chaque année, Badoit (sponsor d’Omnivore) est de la partie et propose des masterclasses autour de la #JoyFood. C’est Thierry Marx qui est ambassadeur de la marque, avec toujours plus de gaieté et de partage. Même sans maîtriser la cuisine, il suffit d’un grand sourire, un soupçon de bouillon et le tour est joué ! Outre les marques, le repas a toujours été synonyme de convivialité : c’est souvent autour d’une table qu’on fait naître un peu de joie.

 

Thierry Marx #JoyFood

 

SCÈNE SUCRÉE : LE PALAIS DE LA GOURMANDISE

 

Etant sûre que les autres scènes valaient leur pesant d’or, j’aurai aimé pouvoir me dédoubler et assister à d’autres masterclasses. Je n’ai pourtant pas bougé de la scène sucrée pendant les trois jours de salon. Bien que j’adore manger et cuisiner salé, le sucré c’est tout à fait mon truc !

En scène sucrée, c’était l’éveil des cinq sens. Sentir le sucre titiller nos narines, écouter la pâte feuilletée chantonner au creux de l’oreille, admirer la couleur des fruits se mêler à celle du chocolat scintillant… C’est aussi là qu’on rencontre les chefs : Yann Couvreur, Thierry Marx, Jeffrey Cagnes, Nicolas Shaelewyn, Yazid Ichemrahen, Nathaly Nicolas Ianiello etc. Cette dernière étant étonnamment la seule femme mise en avant sur cette scène. Pourtant, de nombreuses pâtissières ont du talent ! On espère une amélioration à ce niveau pour l’édition prochaine…

Les chefs étaient tous plus intéressants les uns que les autres. Il ont parfois des parcours atypiques, leurs discours étaient très prenants. Notamment, Yazid Ichemrahen qui est une inspiration pour tous. Parti de « rien », ce chef a fait bon nombre de sacrifices pour réaliser ses rêves les plus fous. « Je partais de Troyes à 5h pour arriver à Paris vers 7h. Ma journée se terminait à 21h et j’arrivais chez moi entre 23h et minuit. En tout, je dormais 5h ». A son jeune âge, il a déjà travaillé avec les plus grands (Robuchon, Conticini, Rocha). Yazid Ichemrahen est Champion du Monde de Pâtisserie, patron de sa propre entreprise et surtout un chef pâtissier accompli. C’était un véritable plaisir de l’écouter relater son histoire et son parcours d’exception.

 

QUAND LE JAPON S’INVITE CHEZ OMNIVORE

 

Un autre registre à Omnivore : l’Asie. En scène sucrée, les chefs français citent le Japon à de nombreuses reprises. D’ailleurs, plusieurs chefs d’origine japonaise nous ont fait l’honneur de leur présence : Mori Yoshida, Atsushi Tanaka et Taku Sekine. Ils sont nombreux à faire l’éloge du sésame noir, de la sauce soja, du miso blond ou rouge et d’autres spécialités japonaises. Pour les chefs, le Japon ne rime pas seulement avec tendance c’est aussi une véritable source d’inspiration.

Aujourd’hui, l’umami fait l’unanimité auprès des chefs. L’uma-quoi me direz-vous… Il s’agit en fait de la cinquième saveur qui complète la fameuse palette : sucré, salé, acide, amer. Emprunt au japonnais, l’umami pourrait se traduire par goût savoureux ou délicieux. Ce terme peut être utilisé afin de décrire un goût plaisant et durable en bouche que l’on percevrait sur l’ensemble de la langue. Cependant, l’umami n’a de réelle traduction puisqu’on utilise ce mot comme tel en français et dans d’autres langues.

On apprend lors des masterclasses, qu’au Japon, on aime les pâtisseries et chocolats peu sucrées. Challenge ultime pour nos chers pâtissiers puisque c’est un peu la base d’un dessert non ? Eh bien pas toujours ! Le chef Marx propose de « désucrer » les pâtisseries car le diabète gagne du terrain. Pour Hugues Pouget, il est hors de question d’évoquer la notion de colorants chimiques. En effet, au Japon, l’importation de ce type de colorants est strictement interdite. Difficile d’y vendre des macarons du coup ! Désormais, Hugues Pouget n’utilise que des éléments naturels pour colorer ses desserts. Le curcuma pour les tons jaunes par exemple.

Bien que la cuisine de chaque pays soit influencée par sa ou ses cultures, au fil des trois jours on nous a prouvé que la gastronomie n’a pas de réelle frontière. C’est d’ailleurs ce qui me plaît bien là-dedans : le partage.

 

Inspiration Japon Omnivore

Le Japon au Festival Omnivore

Paradis Blanc de Jonathan Nègre

Cacao Barry Omnivore

Canneé Surprise Omnivore

Forêt Noire de Yazid Ichemrahen

Vacherin Festival Omnivore

Forêt Noire de Yazid Ichemrahen

Foie Gras Cacao Omnivore

Noisette Festival Omnivore

Paradis Blanc de Jonathan Nègre

Cacao Barry Omnivore

Inspiration Japonaise Omnivore

Saint Honoré Yann Couvreur

 

6 thoughts on “OMNIVORE : LE FESTIVAL PARISIEN QUI SE DÉVORE EN 3 JOURS

    1. Ah pour ça je n’ai pas changé Quant a toi tes recettes sont toujours aussi alléchantes !

      Très bon weekend Carole

Laisser un commentaire